Revivrons-nous un jour…

Revivrons-nous un jour les plaisirs de l’été ?
C’est ce qu’on nous prédit. Une folle espérance ,
Tant ce que nous vivons n’est que désespérance,
Drames, maladie, mort ? Puisse notre anxiété

N’être alors en ces temps qu’un mauvais souvenir !
Il est encor bien loin le temps de l’insouciance
Et la futilité de nos jolies vacances !
Les retrouverons-nous dans l’année à venir ?

Devrons-nous aborder encore muselés
Le joli temps des fleurs ? Oh, ces claires calanques
Chères aux Marseillais, combien elles leur manquent !
Et ce vingt et un juin , lointain, mais appelé

Des voeux du monde entier, sera-t-il estival
Ou marqué par la mort ? Oh, mon Dieu, que reviennent
La vie d’auparavant et nos amours anciennes :
Congés tant désirés ; ralliement familial

Sur des plages bondées où l’on n’est pas masqués ;
Bonheur d’être jolie sans cacher son sourire ;
Liberté retrouvée de chanter et de rire ;
Hoquets ensoleillés s’échappant des bosquets

Où l’on pourra s’aimer sans risquer de tuer
L’autre par le poison toxique de son souffle !
Pourvu que d’ici juin la pandémie s’essouffle
Avant qu’elle nous force à nous habituer…

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Provence au coeur, Le début de l'été, Marseille, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.