Retour à Marseille

TGV

Le train est immobile et la campagne file :
Vois le Rhône qui court en roulant à trois cent,
Et ces murs de cyprès, ces troupeaux languissants
Soudain tous transformés en étonnants missiles…

Mais nous ne sentons rien ! Le monstre ferroviaire
Est si respectueux qu’il sait nous ménager !
S’il galope en cinglé pour tenir son horaire,
Il fait tout pour gâter ses très chers passagers

Cocoonés à l’envi, lovés jusqu’aux oreilles
Dans de profonds coussins, un bonbon dans le bec.
Sublime régression ! On lit ou l’on sommeille,
Ballottés quelquefois par des à-coups bien secs

A travers la garrigue et toute la Provence.
Le train fonce tout droit, et comme le mistral
Vole du Nord au Sud en traversant la France…
Cher Midi retrouvé, Midi phénoménal

A la lumière unique enfin récupérée !
Quelques années passées à vivre sans soleil,
Puis cette mutation tellement espérée
Pour enfin regagner notre très cher Marseille

Qui nous a tant manqué… Le ciel est si limpide
Qu’il frôle l’infini.C’en est fini du Nord !
L’idée d’aller là-haut était vraiment stupide,
Ce fut une ineptie dont nous souffrons encor !

Vite, vite, le train : tout d’abord la campagne,
La gare TGV, un assez long trajet
Pour rejoindre à jamais le pays de Cocagne,
Cette ville où pour nous tout semble converger…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, La Provence au coeur, Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.