Renouveau

Poème illustré par un tableau de :

Yvette Moyenne
www.galerie-com.com

Incroyable douceur d’un matin de printemps
Et tendre renouveau attendu si longtemps
Qu’on croyait le soleil massacré par l’hiver !
Comment avons-nous fait pour vivre cet enfer ?

On pensait le printemps proscrit à tout jamais !
Dieu ! Qu’avoir froid fut rude ! Etions-nous condamnés
A nous encoquiller dans la brume et la pluie ?
La Provence était grise et sombrait dans l’ennui

Tant était terne et mou son ciel bas nuageux.
Un hiver vraiment triste, humide et cafardeux !
Rien n’y refleurissait, pas même l’amandier…
Aujourd’hui tout est clair, et l’air est si léger

Qu’on se sent tous renaître. Et cette renaissance
Est pour les Provençaux une nouvelle chance
D’apprécier plus encor le ciel de leur Midi.
Le printemps revenu vient de rentrer au nid.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire