Regain

 

Au pied du pin noirci tordu par la fournaise
Tout est mort . Un tapis de cendres veloutées
Assaille son vieux tronc dévoré par la braise .
Sa carcasse déploie trois feuilles craquelées .

Tout est mort alentour , plus une goutte d’eau .
Le feu a bu à coeur tout le vert des grands bois .
Tout est sec à jamais , et même le ruisseau
Semble rongé et gris au soleil qui poudroie .

Tout semble irrémédiable , et le printemps n’est plus
Qu’une ancienne utopie , mangée par l’incendie .
La mort s’est installée et le feu a vaincu .
Tout espoir est brisé , tout semble anéanti .

Mais sous la terre froide et blanche comme mort
Une petite vie relance ses racines :
Une pousse d ‘azur , précieuse comme l’or
Que le soleil envoie au creux de la ravine .

Elle est presqu’arrivée à la surface sombre ,
Et délicate et tendre ainsi qu’un doux avril ,
Elle s’en va percer la cendre jusqu’à l’ombre
Que le vieux pin déploie pour l’aider à fleurir …

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.