Refuge

SAMSUNG

C’est ici qu’elle est bien, au cœur de sa maison,
Lovée dans son fauteuil. Quand l’ombre qui s’installe
L’enferme sous son dôme, et quand la nuit avale
La campagne alentour en gommant l’horizon,

Elle clôt ses volets en se cadenassant
Pour vite retrouver sa chère solitude ;
Et elle éprouve alors une vraie plénitude
A être seule, enfin, loin d’un monde lassant.

Seule avec son chat Luc et son copain Arnie,
Arnie le poisson rouge, un tiers que le félin
Aimerait bien parfois combler… de gros câlins :
Il vaut mieux éviter… Une étrange harmonie

Règne alors en maîtresse au cœur du vieux mazet.
Ils sont bien tous les trois ! Sérénité parfaite,
Impression d’être ainsi pleinement satisfaite :
Justine en est heureuse et n’en est pas blasée,

Même si ses amis ne la comprennent pas.
Parfois un homme vient, mais il est éphémère
Car Justine est en fait une vraie solitaire.
Sa vie s’écoule ainsi et glisse sur le mas

Sans paraître y laisser une quelconque trace.
La maison est tranquille à l’ombre du grand Ciel,
A l’abri d’un ailleurs bien trop superficiel.
L’on ne s’y soucie point de ces années qui passent…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Chez nous, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire