Réconciliation

tempete

La Méditerranée a la couleur de l’ambre ;
Elle effleure en douceur la plage délaissée
Depuis presque deux mois. Ses eaux se sont lassées
De ruer sans arrêt depuis la fin novembre

Et d’être malmenées par le vent rugissant.
Mais elle s’est calmée, quiète, tranquillisée,
Ballant tout doucement, enfin presque apaisée
Après tous ces assauts têtus et harassants.

La Méditerranée qui tangue dodeline ;
Ses vagues pacifiées semblent même danser
En abordant la côte, hier encor agressée.
Le vent est maintenant une brise câline

Qui n’a plus rien à voir avec ce qu’il était.
La mer range ses flots en longs plis parallèles,
Le mistral les défait d’un malicieux coup d’aile :
Collègues à nouveau , presque comme en été.

Palpitant de concert et valsant, ils tournoient ;
La Méditerranée et le vent emmêlés
Clapotent de concert sous le ciel aigrelet ;
L’horizon devient rose et le soleil s’y noie…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Hiver, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire