Midi à Quinson

Poème illustré par :

Armand Feldmann
www.armandfeldmann.com

Chez nous quand midi carillonne,
Les rues sont vides. L’heure sonne
Sur un monde d’indifférence :
C’est souvent ainsi en Provence,

Surtout dans ce village clos
Tapi au pied de son coteau
Et ne pensant plus qu’à « dîner ».
La vie s’est soudain enfermée

A l’intérieur des maisons fraîches ;
Et les rues ne sont plus que sèches
Venelles sans vie et sans heurts ;
Le déjeuner gomme deux heures

Du temps rétréci pour un temps.
Les rues sont vides comme antan,
Aux jours des anciennes chansons
Des troubadours du vieux Quinson*.

*Poème offert au village de Quinson

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, Cités provençales. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.