Quiétude

 

Les volets sont cadenassés
Et si bien clos qu’on en oublie
Que le jardin est verglacé
Par le vent furieux qui gémit.

La maison est quiète et bien chaude,
Dans la cheminée le feu danse.
On est bien. L’hiver en maraude
A oublié notre existence.

Veux-tu un chocolat ? Du thé ?
Le chien soupire en s’étirant.
Il est bien loin le bel été,
Mais malgré tout on est content.

On est bien près du feu qui craque,
Loin du froid acéré qui mord,
Et si dehors l’hiver attaque,
Peu nous chaut qu’il reste dehors !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire