Promenade

Un vieux couple chenu clopine doucement
Bras dessus-bras dessous place de l’Empéri.
Elle est toute menue avec des cheveux blancs
Raidis et bien lissés par une mise en plis.

Ses jambes sont enflées, elle est un peu bancale
Et s’appuie lourdement sur un bras plus costaud.
Lui est un peu plus grand, souriant et jovial
Et marche en trottinant, soutenant son fardeau.

Elle frissonne un peu ; il lui remet son châle
D’un geste prévenant empreint de gentillesse.
Même si bien souvent il bougonne et il râle,
C’est un bon brave vieux rongé par la vieillesse.

Ils cheminent et vont, faisant fi du vieil âge
Qui peu à peu les pousse inéluctablement.
Le temps impitoyable a défait leur visage
Et leur courbe le dos, inexorablement.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire