Promenade sur la plage

Poème illustré par un tableau de :

John Walker
www.bimago.fr

Viens ! Nous allons marcher tout au long de la mer
Où l’eau encor glacée va nous mordre les pieds ;
Je crois qu’il est trop tôt pour pouvoir nous baigner,
Mais nous allons goûter comme en avant-première

Cette fraîche trempette à faire frissonner.
La grève est solitaire, et nous sommes les seuls
A y marcher ainsi sur le sable tilleul
Qui résiste à nos pas, consistant et mouillé.

Six heures du matin ! Le soleil encor sage
Qui vient de se lever est une boule orange.
Sa lumière ourlée d’or met des reflets étranges
Sur l’eau bleue du Prophète*. Il est bien loin l’orage

Qui grondait cette nuit en me faisant si peur !
Tout est calme et serein, il fait même un peu frais ;
Le ciel est bien lavé, et nous allons rentrer
Avant le grand afflux des premiers promeneurs.

* le Prophète est l’une des plages de Marseille

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Marseille, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.