Promenade en garrigue

garrigue-rocailleuse

Le ciel est translucide, et tellement limpide
Qu’il pourrait commencer à joliment tinter.
Le temps est idéal, et je vais essayer
De combler en marchant l’abominable vide

D’une vie apathique où tu n’existes plus,
Pour tenter d’alléger un peu mon cœur en peine.
Quand le mal me submerge et quand mon âme pleine
De chagrin et de spleen d’elle-même s’exclut

Du monde des vivants, je vais dans la garrigue,
Là où cet accident t’a frappé au printemps,
Car je suis convaincue d’y retrouver longtemps
Des traces de ta vie. Une saine fatigue

Pourrait peut-être bien m’aider à oublier
Ce néant infini et cette peine immense ?
Mes pas vont se poser, au gré de mon errance,
Dans tes pas d’autrefois. L’ombre de tes souliers

Est restée accrochée à la terre si sèche
Des sentiers embaumés par la menthe et le thym.
Et si j’y retrouvais un peu de ton destin ?
Combien d’années faut-il pour que le temps ébrèche

La souffrance infinie d’un chagrin corrodant ?
La garrigue est fleurie, les plantes sentent bon
Et le mistral épand leur parfum vagabond
De coteau en coteau… C’est bête, un accident !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Promenade en garrigue

  1. flipperine dit :

    dur de vivre un accident

  2. Oui, même 35 ans après…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.