Projets pour un petit matin d’été

Poème illustré par une photo de :
Jean-Baptiste Feldmann

Tremper le croissant de la lune
Dans le ciel couleur de café ;
S’étonner des chimères brunes
Qui font vivre et s’ébouriffer

Les nues enchantées par la nuit ;
Jouir de la fraîcheur nocturne
Qui, bien qu’il soit très tôt, s’enfuit
Sous la fluorescence auburne

Des rais déjà drus du soleil ;
Respirer les senteurs nouvelles
Des roses lors de leur réveil
Dans le jardin bleu où ruisselle

La lumière d’un jour d’été ;
Brûler d’entendre les cigales
Se mettre enfin à criqueter,
Juste un peu plus matutinales !

Voir les feuilles de l’olivier,
Colorées d’argent par la brise,
Frémir tout doux et pétiller
Dans la luminosité grise

De cette aube d’un premier jour :
Le tout premier jour des vacances,
Mais qui s’en va durer toujours
Au paradis qu’est la Provence.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.