Projets pour un petit matin d’été

Poème illustré par une photo de :
Jean-Baptiste Feldmann

Tremper le croissant de la lune
Dans le ciel couleur de café ;
S’étonner des chimères brunes
Qui font vivre et s’ébouriffer

Les nues enchantées par la nuit ;
Jouir de la fraîcheur nocturne
Qui, bien qu’il soit très tôt, s’enfuit
Sous la fluorescence auburne

Des rais déjà drus du soleil ;
Respirer les senteurs nouvelles
Des roses lors de leur réveil
Dans le jardin bleu où ruisselle

La lumière d’un jour d’été ;
Brûler d’entendre les cigales
Se mettre enfin à criqueter,
Juste un peu plus matutinales !

Voir les feuilles de l’olivier,
Colorées d’argent par la brise,
Frémir tout doux et pétiller
Dans la luminosité grise

De cette aube d’un premier jour :
Le tout premier jour des vacances,
Mais qui s’en va durer toujours
Au paradis qu’est la Provence.

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.