Prescience ?

Poème illustré par un tableau de :
Eric Bruni

Peut-être qu’en juillet, l’on sortira casqués
Et avec une armure ? Mais il faudra y mettre
Un tout petit frigo, sinon l’on va claquer,
Grillés par le soleil persistant à émettre

Ses rayons les plus chauds, vu que c’est la saison !
Avec un masque en plus, pour plus de garantie ?
Mais cessons de blaguer : on perdra la raison
Si l’on n’a pas d’été, si l’on n’a plus la vie

Estivale et si gaie que l’on avait alors,
Avant ce fichu Mal ! Revivre, enfin ! Revivre…
Le museau délivré, se délecter de l’or
Des rayons du soleil. Que la chaleur enivre

Tous nos sens exaltés par cette liberté
Perdue pendant deux ans. L’on oubliera la Bête
Minuscule et vorace écrasée par l’été
Allié et triomphant. Et ce sera la fête,

En Provence, et en France, et dans le monde entier…
Nous gommerons enfin cette étrange impuissance
Face à un inconnu qui nous a humiliés.
Puisse cette victoire être une Renaissance…

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Provence au coeur, Le début de l'été, Le soleil-lion, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.