Préparatifs

Sonnet-poème inspiré par un tableau de :

Suzanne Bourdet

Ce matin au jardin un oiseau a chanté :
Une mésange bleue, dont les trilles légères
Venaient nous annoncer que la fin de l’hiver,
Ce fichu malotru, est enfin amorcée.

On commence à bouger ; et l’on va ressortir
Tout ce fatras utile à tout bon jardinier.
Jardiniers du dimanche et heureux ouvriers
Du sol sentant si bon qui consent à s’ouvrir

A de frêles bourgeons, on pourra s’attarder
Chaque soir un peu plus à bêcher, à biner
La terre sèche encor mais ouverte à la vie.

Là, semences de fleurs ; ici, fruits et légumes :
La Provence se prête à toutes les envies !
Et si l’on s’essayait à planter des agrumes ?

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.