Premiers flocons

Un essaim de flocons voltige en tournoyant
Au-dessus du Cimet, légers papillons blancs
Dissous dès que posés sur la roche encor tiède ;
Corpuscules jolis, précoces, qui précèdent

Le tout prochain hiver toujours bien embusqué ;
Astérisques ténus, émissaires légers
Venus nous prévenir de la fin de l’automne,
Ils étoilent d’argent le ciel bas un peu jaune.

Il faut encor un mois pour qu’ils soient bien costauds,
Assez pour tout couvrir d’un robuste manteau
Impeccablement blanc, impeccablement lisse
Qui nous permette enfin une superbe glisse.

Il est encor trop tôt. Ils ne sont qu’embryons
Et ébauche de neige ; immatériels soupçons
De froidure et d’hiver très vite évaporés
Dès que le soleil sourd du sommet du Cimet.

 

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire