Premières heures

Poème illustré par un tableau de :

Rodrigue Daigle
http://www.rodriguedaigle.com

C’est un agréable matin,
Et comme toujours en Provence
Quand le mois d’avril entre en danse,
Il est frisquet et très serein.

Le silence y est si profond
Qu’en tendant bien fort son oreille
On pourrait ouïr le soleil
Aiguisant ses premiers rayons !

Plus un chat n’erre dans la rue
Car ils sont tous rentrés au gîte,
En tapinois, très chattemites,
Séducteurs qui n’en peuvent plus !

La lumière est fine et très pure,
Et en grésillant elle bruine
Sur les toitures grenadine.
Oh ! Pourvu que ce printemps dure …

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire