Premières heures

Poème illustré par un tableau de :

Rodrigue Daigle
http://www.rodriguedaigle.com

C’est un agréable matin,
Et comme toujours en Provence
Quand le mois d’avril entre en danse,
Il est frisquet et très serein.

Le silence y est si profond
Qu’en tendant bien fort son oreille
On pourrait ouïr le soleil
Aiguisant ses premiers rayons !

Plus un chat n’erre dans la rue
Car ils sont tous rentrés au gîte,
En tapinois, très chattemites,
Séducteurs qui n’en peuvent plus !

La lumière est fine et très pure,
Et en grésillant elle bruine
Sur les toitures grenadine.
Oh ! Pourvu que ce printemps dure …

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.