Première neige en Ubaye

Le ciel blond luit comme de l’ambre
Sous le soleil noir de novembre.
La neige tombe à lourds flocons
Et festonne de blancs cocons

Le tronc sombre des arbres morts…
Ou le semblant, mais vifs encor
Sous leur écorce racornie.
La belle période est finie

Et la montagne se prépare,
Sous la pelisse qui la pare,
A l’impitoyable saison
Qui va lui être une prison

De froid, de gel, plombée de nuit.
Cependant la neige qui luit
Est maintenant très séduisante
Sous la lumière qui argente

Les rudes pentes de l’Ubaye.
L’on entend même des sonnailles
Tinter au loin dans une étable.
La montagne s’est faite aimable

Sous son bel édredon dodu.
L’horizon mou qui a fondu
A perdu ses angles rigides
Sous sa lourde couette candide.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver, La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.