Première classe

 

Poème illustré par une photo de :

Robert Doisneau
(1912-1994)

Dans le fond de la classe, un tout petit enfant
Avide de connaître et d’être enfin un grand.
Un petit garçon brun un peu terrorisé
Fermement accroché à son premier cahier.

Il voudrait tout savoir : lire, écrire et compter.
Il est plein de bon sens, de bonne volonté,
Et s’est promis tout seul d’être presqu’aussi sage
Que le petit Jésus sur son livre d’images.

Mais tout au fond de lui un monde un peu étrange
De contes un peu fous, de chimères et d’anges
Va devoir peu à peu doucement s’estomper.
Il va falloir apprendre à ne plus trop bouger.

Son père cordonnier lui a dit bien souvent
Qu’on ne peut rien bâtir sur les ailes du vent.
Lui, quand il saura lire, il apprendra encor,
Il sait intimement que le savoir est d’or.

L’enfant est tout pensif dans son beau tablier
Car il se sait de taille à être le premier,
Déjà persuadé qu’on n’en sait jamais trop.
C’est un tout petit Jean qui s’appelle Giono.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire