Pourquoi avoir tué…

Tourterelle

Pourquoi avoir tué la jolie biche au bois ?
Pourtant tu l’aimais bien  ; et je pensais que toi
Te battrais jusqu’au bout pour protéger sa grâce.
Ton coeur est-il si dur qu’il est resté de glace ?

Pourquoi avoir tué la douce tourterelle
Dont la courbe du cou, le gris mauve des ailes
T’ont si souvent charmé ? Tu as ensanglanté
La gorge de velours qui t’avait enchanté,

Détruit la gestation de tendres roucoulis !
Le galbe si parfait d’un oiseau si joli,
D’un geste anéanti ! Dis, quand tu te regardes,
N’es-tu point trop honteux ? Et pour te mettre en garde

Contre tes impulsions, n’y a-t-il donc personne ?
N’y a-t-il pas en toi une alarme qui sonne
Quand tu te laisse(s) aller et que tu vas trop loin ?
Quand tu tiens ton fusil, c’est la Mort qui t’adjoint

Dans ses noirs bataillons ! Tu as pu les tuer,
Ces êtres innocents, juste constitués
D’atomes de candeur, de beaucoup d’innocence ?
N’y a-t-il en ton coeur aucune bienveillance ?

Comment donc as-tu fait pour ainsi les abattre,
Les vouer au trépas dans le matin grisâtre ?
Mais peut-être peux-tu aller bien au-delà
En fauchant un Humain qui ne te convient pas ?

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.