Possession

rubens 011

Poème illustré par un tableau de :

Edward  Hopper
(1882-1967)

Il faut, mes chers amis, que je m’impose un frein !
Sinon, c’est évident, je vais bientôt me mettre
A parler en rimant tout en alexandrins,
Décomptant sans relâche et syllabes et mètres.

C’est une vraie passion qu’il faut me pardonner !
Puissé-je vous toucher sans vous importuner…

Je suis enracinée devant l’ordinateur !
Je compose, je rime en pestant : je poème !
Mais je pourrais arguer plutôt que… je po-aime,
Car rimer est ma vie, c’est mon plus grand bonheur.

C’est une vraie passion : il faut me pardonner,
Chers lecteurs, chaque jour, de vous enquiquiner !

Jusqu’au bout, je le crois, je vais ainsi aimer
La déesse Erato qui régit les poètes.
Elle occupe aux trois-quarts les tréfonds de ma tête,
Me poussant sans arrêt à écrire et rimer !

C’est une vraie passion qu’il faut me pardonner !
Puissé-je vous toucher sans vous importuner…

Mes aimables lecteurs, qui venez chaque jour
Lire ma poésie, vous êtes mes complices !
Permettez donc, amis, qu’ici je vous bénisse
De me donner ainsi tant de preuves d’amour…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.