Pluie printanière

Il pleut depuis trois jours, et cette pluie enchante
Le jardin assoiffé par trop de sécheresse.
Une pluie de printemps, c’est comme une caresse
Rappelant à la vie, ça promet et ça chante…

Si l’on patauge un peu, ça ne fait point de mal !
Les fleurs en leurs boutons sentent monter la sève
Tout au long de leur tige : une sorte de trêve
En cet hiver si dur que c’était anormal,

Anormal en Provence ! Et l’on en souffrait tant
Qu’on n’osait plus sortir ! Il était si coriace
Que nous nous réfugions sous une carapace
D’habits lourds et épais ! Vraiment drôle de temps…

Peut-être est-ce fini ? Pour le moment il pleut
Une eau tiède et chantante et drue qui éclabousse
La terre d’où jaillit une gerbe de mousse.
Tout un clan d’escargots glisse à la queue leu leu

Sur le chemin gluant tout encombré de feuilles.
Le printemps est bien là… Si ce n’est pas un tour
Qu’il nous joue de nouveau ! Mais souffle aux alentours
Un petit vent joyeux qui sent le chèvrefeuille…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.