Piège !

Surprise

Mais comment n’est-on pas entassés en Provence ?
C’en est même étonnant ! Car dès début juillet
Déferlent par chez nous de pauvres gens sevrés
De soleil, de chaleur, d’un ciel en transparence.

Ils viennent tous ici pour chercher du beau temps :
Le beau temps en Provence, c’est presque naturel !
Et le maître-mistral n’apporte sur ses ailes
Ni nuages ni pluie : habituellement,

Quand il se met en train, le ciel clair est si pur
Que la lune parfois y reste bien visible ;
Et il nous offre alors sa beauté invincible
Qui fait s’entrechoquer la lumière et l’azur !

On se rue donc chez nous pour s’y gaver de bleu.
Mais attention pourtant, touristes trop pressés !
Il faut vous méfier de la maréchaussée
Et rouler prudemment… sur la pointe des pneus :

Ils sont là, tout partout, à chaque carrefour,
Profitant sans rougir de votre frénésie
Pour vous prendre vos sous. Car nos braves amis
Se gorgent de PV, tels d’impudents vautours…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, La Provence au coeur, Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.