Petits plaisirs d’été

Plage

Poème illustré par un tableau de :

Philippe Greffard
www.artabus.com/french/philippegref/

Siroter lentement une blanche boisson*
Qui titille en douceur la pointe de la langue ;
Croquer dans un brugnon, dépiauter une mangue
Dont le jus dégouline, empéguant le menton ;

Courir dans le soleil en sentant ses rayons
Vous piqueter la peau d’innombrables flêchettes ;
Lire un polar anglais sans se prendre la tête,
Presque nu sur la plage ; ou jouer au ballon

En poussant de grands cris comme un adolescent ;
Puis, avec ses enfants, faire un château de sable
En suçant un sorbet aux couleurs improbables
Et soudain tout farci de petits grains craquants ;

Inviter ses amis à dîner au jardin
De grillades brûlées et de moultes salades ;
Et faire imprudemment de trop longues balades
Vous donnant l’illusion d’être encor un gamin ;

Aimer, et ne rien faire, et dormir, et rêver :
Petits bonheurs d’été et plaisirs des vacances…
C’est notre vie à nous dès juillet, en Provence,
Mais nous le cachons bien : vous pourriez nous l’envier !

*Appelé « un jaune » dans le Midi, autrement dit un pastis !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire