Pélissanne

 

Poème illustré par un tableau de :

Peinture par Christian Guinet
www.peinture-couleur.com

C’est un gros bourg en coquille
Dont les rues labyrinthées
S’enroulent sous les ramilles
Des platanes tachetés.

De vénérables maisons
Dans des boyaux un peu sombres
Se serrent à l’unisson
Sous une fraîche pénombre.

Et cet antique village,
Pélissanne sous Azur,
S’enorgueillit des outrages
Qui vieillit ses très vieux murs.

Car elle est vieille, en est fière
Et en porte les stigmates
Sur ses murs où la lumière
Eclate en spots écarlates.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Cités provençales. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire