Partir…

Poème inspiré par un tableau de :

Marc Chagall
(1887-1985)

C’est le temps des vacances ; il fait trop chaud chez nous :
Ce féroce mois d’août est fait pour les touristes.
Nous allons donc partir vers un hâvre plus doux…
Mais rien que d’y songer, nous sommes soudain tristes

De devoir délaisser notre charmant village.
Dilemme terrifiant… quand une idée nous vient :
Et si nous allions là-haut nicher dans un nuage ?
Pour qu’il demeure ici, nous l’amarrerions bien

Au-dessus de Lambesc ! Sitôt dit, sitôt fait :
Oubliant pour un temps notre esprit prosaïque,
Nous nous somm(es) envolés tendrement enlacés
Au-dessus des humains en leur faisant la nique !

Le nuage est moelleux et l’on y est au doux.
Tout en bas le Midi grille sous le soleil.
Un seul nuage au ciel qui n’est là que pour nous :
Un songe calme et frais au pays des merveilles…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Contes, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire