Par chez nous, le printemps…

 

Poème illustré par un tableau de :

Vincent Van Gogh
(1853-1890)

Par chez nous, le printemps, c’est le temps de la pluie :
Une pluie forte et drue aux flèches acérées
Ricochant sur le sol, et zébrant de ses traits
Le ciel rageur roulant de gros nuages gris.

C’est le temps de la grêle et le temps des tempêtes
Où soudain le mistral semble devenu fou.
Un temps capricieux passant du tout au tout,
D’un macabre sinistre à une immense fête.

Et c’est aussi le temps du soleil idéal,
Juste chaud comme il faut pour éveiller les fleurs
Encore corsetées par la froide torpeur
De l’hiver qui languit. C’est l’ancien germinal

Qui emplit les greniers de l’antique Provence ;
Ce sont des jours plus longs entrecoupés d’orages,
Pleuvant en ruisselant sur les toits du village ;
Une lumière neuve et qui cligne et qui danse…

Le printemps, par chez nous ? Du bonheur crescendo
Qui met un arc-en-ciel dans l’âme des oiseaux.

 

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire