On/off…

Poème illustré par un tableau de :

Auguste Renoir
(1841-1919)

C’était un homme heureux sans tourments ni soucis,
Qui croyait ordinaire et normale sa vie ;
Il ne profitait pas assez de sa famille,
Son épouse Laura et ses petites filles.

Peut-être son travail avait-il plus d’attraits ?
Tout au moins jusqu’au jour où tout s’est effondré
Dans une horreur sans fond vraiment imprévisible.
De beaux jours fracassés culbutant dans l’horrible…

Il s’en est fallu juste d’un petit moment ;
Quelques mètres de plus, et ce camion dément
N’aurait pas écrasé la petite voiture :
Un grand choc, un fracas, mille déchiquetures…

Le Hasard a soudain baissé l’interrupteur
Qui régit chaque vie. On/off… Et le malheur
A sitôt chamboulé des destins bien réglés ;
En un infime instant son monde a basculé ;

Il s’est retrouvé seul, passant du blanc au noir,
Dévoré du regret de n’avoir pas su bien voir
Que sa simple existence était un paradis.
Il cherche maintenant un vrai but à sa vie…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Les gens, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire