On attend…

 

On est tellement impatients
Que le soleil montre son nez !
Prêts de pied en cap on l’attend,
On saura se montrer fair-play

Car il nous a abandonnés
Comme des minots éperdus.
Cette Provence verglacée,
Nous ne la reconnaissons plus.

Mais s’il gèle encor le matin
Avec un blanc lacis de glace
Sur le romarin et le thym,
On sent bien que l’hiver s’efface

Devant les journées qui rallongent.
Il fut bizarre cette année,
Et ce froid qui mord et qui ronge,
On n’y est pas habitués !

On a même été sinistrés
Par la neige dansant la gigue
Et qui tombait en gros paquets
Sur la ville et sur la garrigue.

On est tellement impatients
Que notre beau temps refleurisse !
Prêts de pied en cap on attend
Que les jardins noirs reverdissent.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire