Oh ! Ne nous quitte pas…

J’ai enfin entendu ma première cigale !
C’était le vingt-trois juin : elle était en retard
Comme l’année dernière. Elle qui se régale
Des rayons du soleil vient-elle un peu plus tard

Criqueter en Provence, à cause de ce monde
Qu’elle ne comprend plus, toujours plus dégradé ?
C’est donc la pollution, cette souillure immonde
Salissant notre vie qui l’aurait retardée ?

Pourtant elle l’attend, cette énorme lumière
Fusant du ciel d’azur censément inchangé !
S’en méfierait-elle, intuitive et dernière
A naître en ce Midi où sourd un tel danger ?

Ne fais-tu point partie d’une très longue histoire,
Cigale tant aimée  ? Nous voulons te garder,
Entendre chaque jour ton cri-cri, la mémoire
Du temps où rien encor n’était trop dégradé. !

Dégradé, dégradé… Ce mot que je répète,
Il ne faut pas, cigale, ouïr sa malignité.
Crisse ton chant d’amour, chère petite bête :
Nous avons tant besoin d’encore t’écouter !

Non ! Ne nous quitte pas, car tu es le symbole
Des étés d’autrefois, celui des vrais étés.
Continue d’encenser ton immuable idole*,
Même s’il en fait trop, quitte à tout dévaster…
* Le soleil !

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Provence au coeur, Le début de l'été, Le soleil-lion, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.