Nuit d’été

 

Luminescente et cristalline,
Camaïeu de gris délavés,
Après une journée sanguine
La nuit semble décolorée.

Le paysage n’est plus fait
Que de brisures et de bosses
Découpées sur le ciel bleuté
Où la lune a fixé sa crosse.

Il est très tard, mais la chaleur
Intenable depuis des jours 
Nous a tous frappés de langueur,
Comme plongés au creux d’un four.

C’est terminé. Un souffle frais
De mistral enfin raisonnable
Fait palpiter les oliviers.
On va pouvoir passer à table …

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire