Nettoyage de printemps

Jardin

Il faut ouvrir largement les fenêtres,
Laisser le ciel entrer dans la maison
Qu’on gardait close avec quelque raison ;
Respirer fort, essayer de renaître

Et oublier cet hiver si morose…
On va baisser le chauffage, et le feu
Qui brûle encor va mourir peu à peu…
Et puis laquer le salon tout en rose,

Changer fauteuils, canapés et moquette
Pour y semer d’innombrables coussins ;
Enlève donc tous ces jolis dessins
Piqués aux murs, ses jouets, ses maquettes…

Il faut tenter de rouvrir à la vie
Nos cœurs brisés, tout comme la maison
Qui fut, hélas ! son ultime prison.
Emettre encor des désirs, des envies…

Que le soleil à nouveau se répande
Entre nos murs comme englués de suie !
Je ne sais pas si le malheur s’essuie…
Pour accepter, il faudra qu’on attende

Que nos deux cœurs cessent de se débattre
Comme deux faons empêtrés dans des rets.
Tout transformer… Mais y sommes-nous prêts ?
C’est épuisant, c’est si dur de combattre

Contre la mort qui est encor enclose
Partout ici, depuis qu’il est parti.
N’as-tu pas froid ? Il était si petit…
Dans le jardin s’est ouverte une rose…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Amours, Printemps, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.