Ne pas désespérer…

Mon jasmin était mort, puisqu’il n’en subsistait
Que guenilles séchées, craquantes et brunâtres !
Déception et chagrin, désillusion saumâtre
Car il n’était planté que depuis un été !

Alors je l’ai pelé, ôtant les feuilles mortes
Patiemment, une à une, et comptant sur le vent
Pour me venir en aide. D’autant qu’auparavant
Nous avions dépouillé un laurier de la sorte…

Puis après ce pari, je n’y ai plus pensé.
Et les jours ont passé, peut-être deux semaines,
Avec un temps très doux. Alors là – coup de veine ?
J’ai vu que sur le bois, des trucs avaient poussé :

Des petits yeux rouquins, juste sur l’orifice
Des feuilles racornies que j’avais arrachées
En bien piteux état, rabougries, desséchées…
Mais le presque-printemps avait fait son office :

Sur chaque mini trou une virgule rousse,
Un atome, un soupir de feuille avait poussé.
Le jasmin bien vivant en était hérissé,
Et à l’extrême bord de chaque bébé-pousse,

Un joli vert bien frais symbolisant la vie !
Avant le nettoiement, le bois paraissait mort,
D’une mort sans appel ! Et sans aucun remords
J’aurais pu le jeter, n’en ayant plus envie.

Mais dans deux et trois mois, un très joli feuillage
S’en va le recouvrir, cachant sa nudité,
Avant que moultes fleurs ne viennent embaumer
Mon jardin tout content que j’aie été si sage…

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.