Moeurs provençales

 

Poème illustré par un tableau de :

Vincent Van Gogh
(1853-1890)

Aujourd’hui l’on enterre un pauvre petit vieux
Vivant dans la Rue Grande au centre du village.
Tous les Anciens sont là pour un dernier adieu.
Au Nord vers Mallemort grogne encore un orage.

On l’a mis dans l’église où il fut baptisé,
Mais ses amis présents sont tous sur le parvis
A attendre patients que tout soit terminé,
Même s’ils ont très froid, au mépris de la pluie.

Car ici en Provence un homme bien pensant
Se doit d’oublier tout de son enfance pieuse,
Et il attend dehors que les enterrements
Soient finis pour ainsi mieux oublier la Gueuse.

On déserte la Foi mais pas le cimetière !
La longue procession qui suit le vieil André
S’en va l’accompagner jusqu’à la triste pierre
Sous laquelle l’attend une épouse oubliée.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire