Miracle printanier

Printemps

C’était au mois d’avril, le printemps explosait.
Le jardin de Zoé n’était qu’une aire aride
Où plus rien ne poussait ; et son coeur était vide
De tout attachement, incapable d’aimer.

Une vie endurcie dont Eros eut pitié :
Il s’en est donc venu, poches gonflées de graines
Qu’il a semées partout, printanières étrennes
Pour une solitaire en grand manque d’aimer.

Ne plaignant pas sa peine, le dieu s’est démené,
Lançant à la volée ses précieuses offrandes,
Accordées par faveur en guise de prébende
A la femme au coeur sec ne sachant plus aimer.

L’infertile jardin est toujours un pierrier,
Mais le coeur a fleuri, où germe la tendresse
D’un amour tout nouveau dont la douce caresse
Remémore à Zoé ce qu’est le verbe aimer…

Eros est reparti vers d’autres oubliés
A l’âme corrodée par une vie féroce,
Moultes séparations et deuils bien trop précoces.
Ils s’en vont derechef réapprendre à aimer…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Portraits, Printemps, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.