Mazargues

 

Quand elle y venait sur ses terres,
Madame de Grignan vantait
Sa pléthore de centenaires,
De filles jolies, d’hommes bien faits.
Santé, eau salubre et bon air

Etaient pour elle l’apanage
De sa campagne favorite
Au ciel bleu toujours sans nuages.
Et puis elle en repartait vite
Pour sa vie ourlée de mirages.

Mais elle avait bien tort, ma foi !
Et si Mazargues a bien changé,
Qui dirait donc qu’on s’y fourvoie ?
Presque village encor, quartier
Qui est toujours le porte-voix

De notre Marseille indocile.
Village ou ville ou bien les deux ?
Un village inclus dans la ville ?
Mazargues-enfants, Mazargues vieux,
Vieux quartier au charme infantile …

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire