Ce maudit vent d’automne !

Dis-moi, Vent de l’automne, quel plaisir te procure
Le fait de secouer le grand micocoulier ?
De tenter d’arracher le très vieil olivier
Qui dort dans mon jardin ? Mais il a la vie dure ;

Sous tes coups de boutoir, on peut même l’entendre
Grincer pour te défier. Il est tellement vieux
Que rien ne peut l’atteindre, et tu ferais bien mieux
D’oublier ton projet… Bon sang ! Je viens d’étendre

Ma lessive au soleil. Le linge flotte et danse
Comme s’il était ivre… Il est bien accroché,
Mais tu es un costaud capable d’arracher
A sa mère un bébé, d’autant plus que tes transes

Sont vraiment insensées depuis presque deux heures.
Boudiou, fichu mistral, tu viens de me voler
Un chemisier vieillot – le moche, le violet –
Pour l’emporter au loin. Une faute mineure :

Je ne l’appréciais plus ! Mais je t’en prie, épargne
Celui que j’aime tant, offert par mon amant.
Aussi précieux pour moi qu’un joli diamant !
Las ! Tu es trop empli de bêtise et de hargne

Pour pouvoir me comprendre. Et me voici partie,
Courant dans l’ouragan pour arracher mon linge
A tes tours malveillants… Bientôt un sèche-linge
Viendra me seconder pour gagner la partie !

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Automne, Contes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.