Funeste matin

 

Poème illustré par :

Martine Coudevylle
www.coudevyllem.free.fr

 Paul est tout ensuqué car il n’est que sept heures
Et c’est bien tôt pour lui : il aimerait dormir
Un tout petit peu plus, ne fût-ce qu’un quart d’heure !
Depuis qu’il est levé il grogne et il soupire.

Il est encor coiffé comme les porcs-épics
Et s’il se laisse aller, son minuscule nez
Va choir au fond du bol car c’est un homérique
Combat contre lui-même qu’il s’efforce à mener.

Funeste trois septembre et funeste rentrée !
Jours de l’été enfui qui tournent dans sa tête
Et grands jeux dans les bois déjà presqu’effacés !
Encor heureux qu’en classe il retrouve Juliette …

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.