Funeste matin

 

Poème illustré par :

Martine Coudevylle
www.coudevyllem.free.fr

 Paul est tout ensuqué car il n’est que sept heures
Et c’est bien tôt pour lui : il aimerait dormir
Un tout petit peu plus, ne fût-ce qu’un quart d’heure !
Depuis qu’il est levé il grogne et il soupire.

Il est encor coiffé comme les porcs-épics
Et s’il se laisse aller, son minuscule nez
Va choir au fond du bol car c’est un homérique
Combat contre lui-même qu’il s’efforce à mener.

Funeste trois septembre et funeste rentrée !
Jours de l’été enfui qui tournent dans sa tête
Et grands jeux dans les bois déjà presqu’effacés !
Encor heureux qu’en classe il retrouve Juliette …

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire