Matin camarguais

 

On est revenu à l’aube des temps
Et le ciel à l’Est est teinté du roux
Du premier soleil. Un souffle de vent
Danse sur le sol tout luisant de boue.

L’eau est reine ici, et les marécages
Ont des reflets roses sous le ciel dormant.
La terre est inerte sous les nuages,
Des caillots de sel engluent le sol blanc.

Dans les marais paissent des taureaux noirs
Broutant l’herbe brune et les salicornes.
Quelques rayons drus de lumière ivoire
Posent de l’argent au bout de leurs cornes.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire