Malvenue !

Poème illustré par un tableau de :

Georges Ruault
www.peintreamateurgeorgesruault.com

L’hiver vient de jaillir du couloir rhodanien
En compagnie du vent qui hurle à pleine voix,
Agitant les volets, secouant les grands pins
Comme un dément furieux ;  et l’on en reste coi

Car on ne peut pas croire qu’il est déjà là !
Il vient nous décocher ses rafales glacées,
Accentuant encor cette impression de froid
Qui nous glace le coeur et nous fait frissonner.

Il nous a pris en traître, il est là bien trop tôt,
Nous ne l’attendions pas avant la fin novembre !
C’est la faute au mistral, cet immonde fléau
Qui souffle comme un fou de Marseille aux Issambres.

Le ciel est pourtant bleu, tout autant qu’en été !
Peut-être même plus ! Derrière la fenêtre,
On pourrait même croire au joli mois de mai…
Mais dès qu’on est sorti : oh mon Dieu quel mal-être !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.