Mal d’enfant

Poème illustré par :

Annemeraude
http://annerevesdefees.blogspot.com
La sirène Anima qui n’avait pas d’enfant
Gémissait longuement les soirs de pleine lune
Quand le coeur lui poignait, lorsque le ciel s’allume
De millions de points dorés et clignotants

Car ils lui rappelaient tous ces légers esprits
En peine de naissance. Et son monde si beau
Lui semblait vain et gris au creux bleu de ses eaux
Sans un bébé triton à qui donner la vie.

Un jour au-dessus d’elle elle vit un bateau
Où grouillaient des Humains submergés par la peur.
Puis la barque craqua et, hurlant de terreur,
Il sombrèrent bientôt au coeur sombre des flots

Pour mourir sur le champ : c’étaient des hommes noirs
Qui ne connaissaient pas la mer et ses mirages.
La sirène nageant au milieu de l’orage
Vit un bébé flotter accroché aux espars.

Tout d’abord elle fut submergée de bonheur :
Elle allait le garder et en faire un triton,
L’emporter dans la mer parmi ses compagnons…
Puis elle refléchit et comprit son erreur

Car le bébé perdu n’était pas un poisson !
Elle devait le rendre à sa famille humaine !
Alors au prix très lourd de son énorme peine
Elle alla le poser sur les quais à Toulon…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Mal d’enfant

  1. Annemeraude dit :

    Bonjour,
    Je vois que vous avez utilisé une de mes peintures pour illustrer un conte qui est d’ailleurs très beau! Contrairement à certains peintres , j’en suis très heureuse! Il faut savoir partager!
    Amicalement!
    Anne

Laisser un commentaire