Mais certains me diront que ceci n’est qu’un conte

J’aimerais bien un jour m’en aller tout là-bas,
Au Pays où le corps n’a plus l’hégémonie
Qu’il exerce sur nous. Pays dont l’harmonie
Ne peut-être trouvée en ce monde ici-bas

Où tout n’est plus régi que par désordre et peur,
Lâcheté, quant-à-soi. Et où le fanatisme
Peut imposer sa loi parce que l’égoïsme
Est notre maître, à nous, dans l’oubli des valeurs

Qui devraient relier entre eux tous les Humains.
Nous ne songeons qu’à nous, peut-être à nos familles,
Cercles trop importants où la moindre broutille
Est perçue comme un drame… Où serons-nous demain ?

C’est pourquoi j’aimerais rejoindre ce Jardin
Où nous vivrions tous, purs de toute souillure,
Où l’amour entre nous, sans aucune imposture,
Primerait sur l’argent devenu anodin.

Un Pays irréel et bien trop vertueux ?
Car certains me diront que ceci n’est qu’un conte,
Que rêver est aisé, que c’est vivre à bon compte !
Peu m’importe après tout si ça me rend heureux…

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Contes, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Mais certains me diront que ceci n’est qu’un conte

  1. Alain Balbo dit :

    C’est le rêve d’un monde idéal ! Mais hélas, ce n’est qu’un rêve…

  2. Alain Balbo dit :

    Au fait, chère Vette, as-tu reçu mon mail où je te proposais de venir un soir après un café provença ? A priori, on, puisque tu ne m’as pas répondu !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.