Maintenant, ça suffit..

Oh, calme-toi, la Mort ! C’est la troisième amie
Aimée très tendrement que je perds depuis peu !
J’ai tellement pleuré que vraiment je ne peux
Plus rien souffrir en plus. Ta folle boulimie,

Fauve affamé de vies, m’a chaviré le cœur
Trois fois depuis un an ! Etait-ce bien la peine
De t’en prendre, féroce, à ces femmes amènes
Que tout le monde aimait ? Elles étaient les sœurs

Que je n’ai jamais eues, mais peut être plus chères
Car choisies librement et en parfait accord
Avec mon caractère. Et toi, maudite Mort,
Tu les as immolées… Mes amies, éphémères

Comme des fleurs coupées, fanées brutalement ?
Si l’on me l’avait dit… Non ! C’était impossible,
Bien trop extravagant… Nos cœurs étaient paisibles
Et l’on n’y pensait pas. C’est souvent qu’on se ment

Sur cette irrémédiable et terrible limite !
Mais n’est-ce point le sort de tout être vivant
De glisser vers la mort irrémédiablement ?
N’est-ce point obligé ? Il faut bien qu’on se quitte

Malgré tout cet amour ! On voudrait oublier
L’inexorable fin toute proche et qui guette
Même nos bien-aimés ; cette mort en goguette
Qui rôde là, derrière, avec tous ses alliés :

Maladie, accidents… Toute la ribambelle
Des horreurs menaçant le pauvre genre humain !
Hélas, nous avons beau enjoliver demain,
La mort prouve en un clic combien elle est cruelle…

En hommage à mes si chères Monique, Maïté et Jocelyne

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Les gens, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.