Ma Provence

Les oliviers

Poème illustré par un tableau de :

Eric Bruni
www.bruni-gallery.com

En quelque endroit que j’aille, il y aura toujours,
Collées à mes souliers, de minimes parcelles
De terre provençale. Et moultes étincelles
Du soleil scintillant ici jour après jour

Cligneront à jamais au creux de ma mémoire.
Car comment oublier, quand on y a goûté,
La saveur infinie et l’insigne beauté
Du somptueux Midi ? Et comment vraiment croire

Que je pourrais un jour vivre sous d’autres cieux ?
Pourtant je sens soudain qu’on me tire l’oreille :
Un vieux gène lorrain horrifié se réveille !
Serais-je une traîtresse ? Oui, d’accord, mais Bon Dieu !

Qu’y puis-je si la pluie m’est trop insupportable ?
Si voir un ciel tout gris fait chavirer mon coeur ?
Si je vis le brouillard comme une vraie douleur
Et si le temps maussade a un effet durable

Sur mon inspiration, sur tout ce que j’écris ?
Il y a si longtemps que je suis provençale
Que je m’y sentirais tout à fait anormale
Si je devais revivre en d’autres lieux qu’ici !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.