Ma mie du mois de mars

Ma mie du mois de mars, te souviens-tu d’antan
Quand jeunes amoureux nous allions à la Fête ?
Fête de Saint Eldrad – le nom de notre enfant –
Et que chaque printemps les Lambescains souhaitent

A cet immense Saint qu’ils ont tous oubliés.
C’est vraiment une honte : on ne respecte rien !
Pourtant un grand seigneur, le patron des bergers,
Qui évangélisa moult et moult païens !

Le printemps bourgeonnait, nos nez d’ados aussi…
Et je t’aimais si fort, ma splendide Manon !
Dans le premier soleil tu étais si jolie
En tes habits tout neufs cousus pour l’occasion :

Un caraco doublé de fine toile blanche,
Un corselet serré pour affiner ta taille,
Une jupe en boutis qui enserrait tes hanches
Et un fichu de soie à la broche d’émail…

Tes bas de coton blanc galbaient tes beaux mollets,
Lambescaine jolie, si adroite à la danse ;
Tous deux nous sautillions au son du galoubet
Et du grand tambourin qui rythmaient la Provence

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Chez nous, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Ma mie du mois de mars

Laisser un commentaire