Lumière hivernale

Une étrange lumière, une lumière bleue
Sourd de la neige épaisse et fraîchement tombée
Sur Jausiers assoupi. C’est bizarre, on dirait
Qu’elle est née du sol même ! Un halo fabuleux

Cerne les toits tout blancs aux contours arrondis,
Faisant du vieux village une carte postale :
Un décor de Noël, une image hivernale
Qu’on n’oserait décrire en la peignant ainsi !

On dirait que la neige absorbe tous les bruits ;
Le silence est total : le silence absolu
D’une nuit de novembre ; et dans le grand ciel nu
Une étoile clignote en grignotant la nuit.

L’épais tapis crayeux encor inaltéré
Est vierge de tout pas et de toute souillure.
Le sol blanc est intact. Pas une flétrissure
N’a encor maculé le village enneigé.

La nuit est calme et froide. Jausiers dort sous la lune,
Comme encapuchonné sous un lourd bonnet  blanc.
Derrière les monts noirs le jour nouveau attend.
Dans le ciel bleu foncé voltigent quelques plumes.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Hiver, La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire