L’Ubaye

 

Elle court de galets en pierres,
De graviers en rocs écorchés
Par ses gambades meurtrières.
Elle court de sable en rochers.

Est-ce une rivière, un torrent ?
C’est de l’eau en furie qui court
Et qui spirale en tournoyant,
Bondissant au fil gris du jour.

Elle file vers la Durance
Qu’elle va rejoindre bientôt
Au mitan d’un lac de Provence.
Mais en attendant, sur son dos,

Quelques jeunes écervelés
Sautillent sens dessus-dessous,
Car sa crinière échevelée
Les a envoûtés, rendus fous.

Leurs kayaks ne sont que fétus,
Roulés, battus, tourbillonnant
Sur les eaux furieuses en crue,
Mais qu’ils domptent en s’en riant.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire