L’orage

 

Poème illustré par un tableau de :

Eugène Verboeckhoven
(1798-1881)

 Le ciel est couleur d’encre, il est tonitruant,
Posé sur le clocher comme un grand rideau noir .
Il est parfois strié par un long éclair blanc
Qui zigzague en folie dans la touffeur du soir .

Ce sont des explosions , de grands coups de canon ,
Dont les répercussions font vibrer les vieux murs .
Le village est lové tout au fond du vallon ,
Et s’il n’est que sept heures , tout est en clair-obscur .

Et puis soudain , tout craque : un torrent se déverse
En flots tumultueux du ciel trop plein qui bout .
Il n’existe plus rien qu’une effroyable averse
Qui submerge bientôt les ruelles de boue …

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.