l’ombre du micocoulier

micocoulier

C’est un arbre au soleil, gorgé jusqu’à ras bords
D’une ombre brune et drue. Et son ombrage épais
S’étale largement pour mieux annihiler
Les excès du soleil qui taraude et qui mord.

Il est vaste et très vieux : un grand micocoulier
Se découpant en noir sur le ciel outremer ;
Un monde de fraîcheur dans l’intense lumière
Irradiant la Provence au milieu de l’été ;

Un arbre-mastodonte aux feuilles effilées
Qui étend sa ramée jusqu’au fond du jardin,
Devenu un Eden bien frais dès le matin.
Son tronc lisse est tout droit, et un peu cannelé

Par l’âge et par le temps. C’est comme un bouclier
Qui nous protège tous de l’été indomptable.
Son feuillage pointu nous rend invulnérables
A l’énorme chaleur de cette fin-juillet.

Et il y a l’odeur qu’exsude son vieux bois !
Arbre ami, laisse-nous t’enserrer dans nos bras :
Nous allons y sentir ton coeur en bois qui bat.
Tu es si rassurant ; l’on est bien contre toi…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans A la maison, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à l’ombre du micocoulier

  1. Eric dit :

    Je vous remercie énormément pour votre poème. Je viens de découvrir votre site. Votre poème est magnifique! et moi je suis aux anges. Je suis content qu’un de mes tableau vous est inspiré, Merci! et en même temps je vous souhaite une heureuse année 2013.

    sincèrement
    Eric

  2. Merci, Eric ! Je suis ravie que vous m’ayez contactée car j’ai été ravie de trouver votre oeuvre sur Internet, votre tableau étant celui dont je rêvais pour le poème : ces deux-là vont si bien ensemble ! Et même si votre arbre n’est pas tout à fait…un micocoulier, peu importe : il est si rassurant et correspond si bien à ce que je voulais dire !
    Bien amicalement et bonne nouvelle année
    Vette de Fonclare

Laisser un commentaire