L’oiseau maigrichon

Gorge-bleue

Un oiseau maigrichon s’en vient sur ma terrasse
Depuis hier matin. Il a l’air guilleret
Malgré le temps qu’il fait ; et, fait de ricochets,
Mon joli mésangeau a tellement de grâce

Qu’il ne peut avoir l’air triste et las d’un vagabond :
Il saute un peu partout, aussi vif qu’un clin d’oeil ;
Aussi vif que mon chat, vif comme un écureuil,
Monté sur des ressorts avec ses petits bonds !

Soudain je m’interroge : en ces temps de disette ,
Comment se nourrit-il ? A-t-il une maison ?
Je pourrais le gâter… Mais aurais-je raison
De le ravitailler en gras et en miettes ?

Non ! Je dois rengainer bien vite ma pitié
Car mon chat a flairé lui aussi la mésange.
Je vais la déloger avant qu’il ne la mange :
Foin de toute bonté et de toute amitié !

Va-t-en, petit oiseau ! Il faut que je te chasse…
Ne viens plus te jeter dans la gueule du loup,
Tout au moins dans les crocs d’un terrible filou !
Et je vais, quant à moi, rendre mon cœur coriace…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à L’oiseau maigrichon

  1. La conclusion de ce poème est, hélas ! très triste : je n’ai pas été assez vive dans mes réactions, mon chat l’a été plus que moi… Dame Nature est souvent très dure !

  2. Lu sur Facebook :

    De Robin Wood :
    Encore un bien joli poème tout en légèreté et qui « sent le vécu »… C’est vrai que les Restos du Cœur pour nos amis à plumes peuvent être la porte ouverte à bien des dangers ! Dilemme : se forger un cœur de pierre, ou… engraisser ces pauvres petits qui risquent de terminer « grassouillets » dans l’estomac d’un minou ?

Laisser un commentaire