L’oiseau gris et le vent

Oiseau dans le vent

Un petit oiseau gris dérive dans le vent :
Emissaire aérien dans le ciel bleu si pur,
Une légère nef emplumée sur l’azur
Tout tacheté de roux, là-bas vers le Levant.

L’oiseau veut à tout prix naviguer à l’inverse
Du mistral qui se rit de ce faible outsider.
En secouant très fort le frêle baroudeur,
La bise accroît encor sa tyrannie perverse

Sur ce corps délicat dont le poids n’est que plumes ;
Mais l’oiseau gris tient bon, continue vent debout,
Décidé malgré tout à voler jusqu’au bout
De l’horizon doré où le soleil s’allume.

Jolie petite boule hirsute avec deux ailes
Fortes comme la vie, l’oiselet gris se bat
Contre le grand mistral, alors que tout en bas,
Peints de rose et de blanc, des champs en ribambelles

Avancent lentement sous son vol téméraire.
Mais le petit oiseau courageux et frondeur
Progresse peu à peu ; et c’est avec ardeur
Qu’un jour il va gagner les confins de la Terre.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans La Provence au coeur, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à L’oiseau gris et le vent

  1. Lu sur Facebook :

    de Promenade poétique
    « C’est à la fois léger et aérien. Merci pour ce bel envol. »

Laisser un commentaire